Retsu Unohana, autrefois connue sous le nom de Yachiru Unohana, est une femme Shinigami qui réside désormais dans les profondeurs de l’enfer.

Tout au long de l’histoire, elle a été considérée comme le criminel le plus diabolique ayant jamais existé dans la Soul Society, ainsi que le premier à détenir le titre de Kenpachi. Ce titre est accordé au Shinigami le plus fort d’une génération et à ceux qui ont tué le plus d’ennemis. Elle a été le premier capitaine de la onzième division du Gotei 13, établissant ainsi les fondations de la division telle qu’elle existe aujourd’hui. Par la suite, elle est devenue capitaine de la quatrième division, se faisant un nom en tant que plus grande guérisseuse. Unohana a été placée sous les ordres de Kenpachi Zaraki afin de transmettre son titre au prochain héritier. À sa mort, en raison des actes malveillants qu’elle avait commis au cours des siècles, elle a été condamnée à l’enfer et est devenue une Togabito.

retsu unohana
PRÉSENTATION

Unohana a l’apparence d’une femme très jeune aux yeux bleus et aux cheveux noirs. Elle porte l’uniforme standard d’un capitaine de Shinigami, à l’exception d’un obi qu’elle utilise à la place de la ceinture normale. Ses cheveux sont longs et toujours soigneusement tressés devant elle. Il y a plus de 100 ans, elle ne portait pas cette large tresse. Au cours de son combat contre Kenpachi Zaraki, elle perd ses cheveux pour la première fois, dévoilant une cicatrice notable entre ses clavicules.

Contrairement à la plupart des Shinigami qui portent leur Zanpakutō à leur ceinture, Unohana attache une grande ficelle à l’étui de son Zanpakutō et le porte sur son épaule, ou le fait porter par son lieutenant Sayune Yukihara, chaque fois qu’ils se trouvent ensemble sur le champ de bataille. Lorsqu’elle s’engage dans un véritable combat, Unohana défait sa tresse et laisse ses cheveux s’écouler librement derrière son dos.

PERSONNALITÉ

Unohana possède une personnalité douce et chaleureuse qui complète son apparence. Elle est une femme aimable, polie et attentionnée, utilisant des termes honorifiques lorsqu’elle s’adresse à tout le monde, y compris ses subordonnés et ses ennemis. Elle montre rarement des signes de panique ou de détresse et fait preuve d’un grand sens du devoir, comme en témoignent ses ordres de faire emprisonner Yamada par Hanatarō et de poursuivre Renji Abarai avec Rukia Kuchiki par Isane Kotetsu lorsqu’il s’est enfui. Avec grâce et courtoisie, elle fait subtilement comprendre aux autres qu’elle ne doit pas être sous-estimée malgré sa douceur.

Malgré sa nature douce, plusieurs membres de la 11e division et même ses collègues capitaines la craignent. Selon d’anciens capitaines des 5e et 7e divisions, elle peut être terrifiante, leurs expressions faciales laissant entendre qu’ils ne voudraient jamais être du mauvais côté d’elle (ils ont noté qu’il vaudrait mieux qu’elle soit détruite par le Bankai de Genryūsai Shigekuni Yamamoto). Au début, cela est joué comme un soulagement comique, Unohana révélant sa capacité à effrayer tout le monde en fermant les yeux et en affichant un doux sourire qui cache la sinistre peur sombre derrière ses paroles, amenant chaque personne à qui elle parle, même le téméraire Kenpachi Zaraki, à suivre n’importe quel ordre qu’elle leur « demande » de faire.

Il est révélé plus tard que cette atmosphère de peur qu’elle inspire à ceux qui l’entourent découle de son passé en tant que première Kenpachi, le titre détenu par le Shinigami le plus fort. Lorsqu’elle laisse paraître cette facette d’elle-même, l’expression douce d’Unohana se transforme radicalement en un regard glacial et impitoyable. Sous ce regard, Unohana elle-même est insensible et froide, capable de tuer un ennemi ou même un allié avec sang-froid et sans le moindre remords. Elle l’a démontré lors de son implication dans le génocide des Quincy. Cependant, après que son passé en tant que première Kenpachi a été révélé et que Shunsui Kyōraku l’a invitée à tirer parti de son expérience de cette époque, la personnalité d’Unohana a pris une tournure beaucoup plus sombre. Gardant un silence inquiétant lors de la rencontre avec le Central 46, ce n’est que lors de son combat avec Kenpachi Zaraki qu’elle révèle sa nature initialement violente et sanguinaire, faisant référence à la cicatrice sur sa poitrine qui lui fait mal rien qu’à entendre sa voix.

Unohana apprécie les plats savoureux et préfère les aliments avec une forte saveur par rapport aux plats fades. Pendant ses temps libres, elle escalade les montagnes de Rukongai, collectant des herbes médicinales lors de ses excursions. Une fois par mois, elle organise un cours d’Ikebana pour les membres de sa division. Unohana est également la présidente du club d’Ikebana (l’art floral japonais).

Elle trouve du plaisir dans l’arrangement des fleurs, créant de magnifiques compositions qui reflètent sa sensibilité artistique. L’Ikebana lui permet de se détendre et d’exprimer sa créativité d’une manière différente de son rôle de Shinigami. Elle partage volontiers ses connaissances et son expertise avec les autres membres de la Soul Society, encourageant ainsi leur appréciation de l’art floral.

Malgré sa nature douce, Unohana possède une profonde sagesse et une force intérieure impressionnante. Elle est respectée non seulement pour ses compétences de guérisseuse et de combattante, mais aussi pour sa capacité à guider et à inspirer ceux qui l’entourent. Elle incarne un équilibre délicat entre gentillesse et détermination, toujours prête à protéger et à prendre soin des autres, mais aussi prête à se battre avec une férocité sans égale lorsque la situation l’exige.

Dans l’ensemble, Unohana est une figure complexe, mêlant douceur et puissance, grâce et détermination. Elle représente l’idéal du Shinigami, alliant compassion et force pour protéger la paix et l’harmonie dans la Soul Society.

retsu unohana 2
HISTOIRE

Unohana était un membre fondateur du Gotei 13 ainsi que l’un des membres de la première génération. Elle est devenue la première Kenpachi de la onzième division, mais avant que Genryūsai Shigekuni Yamamoto ne réunisse le Gotei 13 et l’intègre en tant que membre, elle était et sera toujours la criminelle la plus diabolique qui ait jamais existé dans la Soul Society.

On dit qu’elle est capitaine depuis au moins 200 ans ; avec ses collègues capitaines Genryūsai Shigekuni Yamamoto, Jūshirō Ukitake et Shunsui Kyōraku. Il est dit que les quatre d’entre eux ont été capitaines du Gotei 13 pendant au moins 200 ans à partir de 110 ans avant l’heure actuelle. Cela fait d’elle l’un des plus anciens capitaines du Gotei 13, malgré son apparence plutôt jeune. Ukitake l’appelle également « Senpai », ce qui indique son ancienneté par rapport à lui et à Shunsui. À un certain moment dans le passé, Unohana a été le premier Kenpachi, étant alors connu sous le nom de « Yachiru Unohana ». Que ce soit avant, pendant ou après cette période de sa vie, Unohana s’est vu enseigner des techniques médicales par Tenjirō Kirinji. Elle a ensuite abandonné son nom de Yachiru en même temps qu’elle transmettait le titre de Kenpachi et prenait le nom de « Retsu ».

Il y a environ 110 ans, Unohana était présente à une cérémonie de promotion, qui a eu lieu au quartier général de la 1ère division, avec le reste des capitaines assemblés. Elle a assisté à l’arrivée du nouveau capitaine de la 12e division, Kisuke Urahara. Son lieutenant à cette époque était le Seinosuke Yamada. Neuf ans plus tard, Unohana était présent à une réunion d’urgence convoquée par le Capitaine commandant Yamamoto, où il a décidé de créer une équipe d’enquête pour retrouver les membres disparus de la 9ème division. Lorsqu’il a donné des ordres, Yamamoto a ordonné à Unohana de préparer les postes de secours pour les blessés, mais Unohana l’a interrompu et lui a demandé s’il ne serait pas mieux pour elle de s’occuper des blessés sur place. Yamamoto lui a dit clairement qu’il ne pouvait pas envoyer des guérisseurs sans savoir comment était la situation.

Unohana était l’un des membres fondateurs du Gotei 13 et faisait partie de sa première génération. Elle est devenue la première Kenpachi de la onzième division, mais avant que Genryūsai Shigekuni Yamamoto ne réorganise le Gotei 13 et l’intègre en tant que membre, elle était et restera toujours considérée comme la criminelle la plus diabolique ayant jamais existé dans la Soul Society.

On dit qu’elle est capitaine depuis au moins 200 ans, aux côtés de ses collègues capitaines Genryūsai Shigekuni Yamamoto, Jūshirō Ukitake et Shunsui Kyōraku. Selon les récits, les quatre d’entre eux ont été capitaines du Gotei 13 pendant au moins 200 ans, remontant à 110 ans avant la période actuelle. Cela fait d’elle l’une des plus anciennes capitaines du Gotei 13, malgré son apparence plutôt jeune. Ukitake l’appelle également « Senpai », témoignant ainsi de son ancienneté par rapport à lui et à Shunsui. À un moment donné de son passé, Unohana a été la première Kenpachi, connue alors sous le nom de « Yachiru Unohana ». Avant, pendant ou après cette période de sa vie, Unohana a été formée aux techniques médicales par Tenjirō Kirinji. Elle a abandonné son nom de Yachiru en même temps qu’elle transmettait le titre de Kenpachi, prenant alors le nom de « Retsu ».

Il y a environ 110 ans, Unohana était présente lors d’une cérémonie de promotion qui se déroulait au quartier général de la 1ère division, en compagnie des autres capitaines réunis. Elle a assisté à l’arrivée du nouveau capitaine de la 12e division, Kisuke Urahara. À cette époque, son lieutenant était Seinosuke Yamada. Neuf ans plus tard, Unohana était présente lors d’une réunion d’urgence convoquée par le Capitaine commandant Yamamoto, au cours de laquelle il a été décidé de former une équipe d’enquête pour retrouver les membres disparus de la 9e division. Lorsqu’il donnait ses ordres, Yamamoto a demandé à Unohana de préparer les postes de secours pour les blessés, mais Unohana l’a interrompu et lui a suggéré qu’il serait préférable pour elle de s’occuper des blessés sur place. Yamamoto lui a clairement expliqué qu’il ne pouvait pas envoyer des guérisseurs sans connaître la situation.

POUVOIRS ET CAPACITÉS

Unohana Yachiru… Membre fondateur et membre de la première génération du Gotei 13, elle était également considérée comme la plus puissante. Au sein de ce groupe, elle a été le capitaine de la 11e division et a jeté les bases sur lesquelles repose la division actuelle. Avant que son pouvoir ne soit recherché par les Yama-jii, elle était et restera toujours considérée comme la criminelle la plus diabolique ayant jamais existé dans la Soul Society. Possédant toutes les formes d’épée et toutes les voies de l’existence… elle s’est judicieusement nommée Yachiru, ce qui signifie « huit mille styles ». Celle qui a inventé l’art de tuer.

Les données de combat d’Unohana, dans le sens des aiguilles d’une montre. En haut : Offensive (100), en haut à droite : Défense (80), en bas à droite : Agilité (70), en bas : Kidō (100), en bas à gauche : Intelligence (100), en haut à gauche : Endurance physique (90). Total : 540/600.

LE POUVOIR SPIRITUEL D’UNOHANA

Maître guérisseur : Unohana est de loin la plus compétente en matière de guérison dans toute la Soul Society. Elle est connue pour sa maîtrise des techniques de guérison conventionnelles ainsi que des soins à base de plantes. Sa connaissance de l’anatomie est si avancée qu’après avoir examiné le « corps mort » d’Aizen, elle a conclu qu’il n’était pas réel ou même d’Aizen lui-même. Il semble également qu’elle soit capable de guérir plus que les Shinigami, comme en témoigne sa guérison de Yasutora Sado, un humain, et de Gantenbainne Mosqueda, un Arrancar.

UN IMMENSE POUVOIR SPIRITUEL

En tant que l’une des capitaines les plus anciennes du Gotei 13, on peut supposer qu’Unohana possède un pouvoir spirituel immense.

EXPERT DES FLASH STEPS

Unohana est suffisamment compétente dans ce domaine pour avoir un niveau de vitesse moyen d’un capitaine.

UN ESPRIT VIF

En plus de ses compétences générales en guérison, elle est capable de détecter les moindres détails. Cela l’aide dans sa maîtrise de la guérison. Elle peut repérer des anomalies et des problèmes que des guérisseurs moins expérimentés ne pourraient pas détecter. D’un simple regard, elle peut déterminer les soins médicaux nécessaires. Elle est également une analyste puissante, dotée d’une grande attention aux détails, capable de trouver rapidement des contre-mesures contre toute affection chez une personne. Ses pouvoirs de perception lui ont également permis de déduire que l’illusion sophistiquée d’Aizen avec une poupée cadavérique n’était pas réelle, mais aussi que cela faisait partie d’un plan beaucoup plus vaste ourdi par Aizen.

retsu unohana 1

MAÎTRE DU KIDŌ

Indéniablement, Unohana est l’une des maîtresses les plus compétentes du Kidō dans toute la Soul Society. Elle a démontré un talent rare pour utiliser la plupart des sorts en silence, sans avoir besoin de se déplacer, ce qui lui confère le statut de maître. De plus, Unohana est capable de modifier la nature de certains sorts afin d’accomplir des objectifs normalement inatteignables avec ces techniques.

KIDŌ DE GUÉRISON

En tant que capitaine de la quatrième division, Unohana est reconnue pour ses compétences dans la branche de la guérison du Kidō, connue sous le nom de Kaidō (回道, « Voie de guérison »). Bien qu’elle ait toujours été très douée en Kidō, ses capacités de guérison ne se sont pleinement développées que lorsqu’elle a appris des techniques spéciales de guérison auprès de Tenjirō Kirinji. Les sorts de guérison d’Unohana sont si efficaces que Shinji Hirako a déclaré à Ichigo Kurosaki, lorsqu’il est arrivé sur le champ de bataille, qu’il avait fait le bon choix en confiant les blessés à Unohana plutôt qu’à Orihime Inoue, qui possède le pouvoir de rejeter complètement les phénomènes. Cela indique que les compétences d’Unohana dépassent largement les pouvoirs mystiques d’Orihime, mais cela peut également s’expliquer par le fait que la première possède une bien plus grande expérience en matière de guérison en temps de guerre que la seconde. Unohana est d’ailleurs celle qui a inventé l’utilisation de la « régression spatio-temporelle » comme forme de guérison, sur laquelle Hachigen Ushōda basera plus tard son propre style de Kidō.

L’utilisation de cette régression permet de guérir des blessures normalement irréparables, comme la perte d’une partie du corps. Elle est extrêmement expérimentée dans cette capacité de guérison, car même Hachigen, avec ses pouvoirs de Hollow alimentant son Kidō unique, n’a pas réussi à guérir Hiyori Sarugaki après sa bifurcation, mais Unohana a pu la rétablir complètement dès son arrivée sur le champ de bataille. Pendant son rôle de capitaine, Unohana a pris le temps de perfectionner ses compétences en Kidō et de développer de puissants pouvoirs de guérison avec cette technique ; certains de ces pouvoirs étaient considérés comme des prouesses impossibles, comme le remplacement et/ou la réparation de poumons endommagés et de parties vitales du corps.

L’une des méthodes particulières de guérison qu’elle utilise avec le Kidō consiste à utiliser sa propre énergie spirituelle comme catalyseur qui « excite » le reishi dans le corps du patient. Plus le patient possède généralement de reiryoku dans son corps, plus son propre corps guérira de manière proportionnelle et chronologique, permettant à une personne suffisamment puissante de guérir complètement, quelle que soit la gravité de la blessure, en quelques secondes. Cependant, l’autre méthode, qui consiste à utiliser son énergie comme catalyseur, implique une procédure complexe. Unohana fait osciller le faible reiryoku restant dans le corps d’un patient épuisé, le faisant croître à partir de ce point focal unique jusqu’à ce que le patient récupère toute son énergie interne. Une fois cela réalisé, le corps physique se guérit alors de ses blessures. Unohana utilise cette forme de guérison énergétique en entourant le patient d’un prisme rectangulaire vert en forme de prisme, amorçant ainsi la procédure mentionnée précédemment.

Grâce à ses compétences en Kidō de guérison, Unohana se distingue comme l’une des plus grandes expertes dans ce domaine au sein de la Soul Society.

retsu unohana 3

En ce qui concerne la nature douce d’Unohana, elle se concentre davantage sur l’utilisation défensive du Kidō. Elle utilise différentes formes de barrières et de boucliers sombres qui servent à se protéger elle-même ainsi que ceux qu’elle considère comme ses camarades. Ses barrières sont quasiment invincibles, un simple jet silencieux de Bakudō suffit à bloquer sans effort les attaques simultanées de Yoruichi Shihōin et Suì-Fēng, forçant ainsi les deux combattantes à se replier sans que la barrière d’Unohana ne montre la moindre fissure. Son utilisation de Dankū est particulièrement impressionnante.

Elle ne se contente pas d’invoquer un mur miroir pour se défendre contre de puissantes attaques, comme le font habituellement les autres Shinigami de niveau capitaine, mais elle « divise » l’espace entre elle et son adversaire avec un mur de verre capable de supporter les attaques Hadō sans laisser la moindre fissure dans sa défense. Unohana utilise également le sort El Escudo de manière significative dans les confrontations directes, en ajustant sa taille, sa densité et sa forme pour répondre au mieux à ses besoins défensifs.

Elle utilise généralement plusieurs sorts Bakudō pour emprisonner un adversaire de puissance égale ou supérieure, démontrant ainsi que ses sceaux peuvent même restreindre Genryūsai Shigekuni Yamamoto et le forcer à utiliser la puissance de son Zanpakutō pour échapper à la capture. En tant que Maître, Unohana montre également sa capacité à manipuler les sorts pour les utiliser à des fins pour lesquelles ils n’étaient pas initialement destinés, ce qui est un signe de véritable maîtrise du Kidō. Par exemple, elle utilise le sabaku Sajō, normalement destiné à enchaîner un adversaire, comme un fouet pour détruire les attaques Hadō d’un ennemi. Bien que cela ne soit pas très fréquent, Unohana utilise également des salles de protection pendant les combats, mais plus couramment pour protéger les installations médicales en temps de guerre, offrant ainsi un refuge aux subordonnés et camarades blessés qui peuvent recevoir des soins médicaux sans craindre une embuscade ennemie.

Bien que ce ne soit pas fréquent, Unohana utilise certains sorts Hadō en combat. Cependant, étant donné sa préférence pour le rôle de guérisseuse et sa volonté de rester en dehors des conflits, elle utilise les sorts Hadō de manière à vaincre un ennemi en une seule attaque. Unohana a démontré une utilisation efficace et sans effort du sort Hiryūgekizokushintenraihō, ce qui a impressionné Isane Kōtetsu, qui a souligné la capacité remarquable d’un capitaine à utiliser ce sort sans incantation tout en conservant un potentiel destructeur spectaculaire.

De manière similaire à ses sorts Bakudō, Unohana peut également modifier la forme et la nature de ses sorts Hadō. Dans certains cas, elle a même utilisé des sorts Hadō pour accélérer la guérison de ses patients en situation critique. Par exemple, elle a utilisé la chaleur de Haien pour cautériser instantanément une blessure mortelle et hémorragique chez un adversaire. Le fait qu’elle puisse utiliser la grande chaleur générée par le sort Haien pour cautériser une blessure sans causer de dommages supplémentaires au patient témoigne de sa maîtrise précise et précise de l’utilisation de sorts offensifs dangereux dans un but de guérison.

SORTS UNIQUES

En tant que maître du Kidō et toujours en quête de nouvelles méthodes pour mieux remplir son rôle de guérisseuse au sein de la Soul Society, Unohana a développé de nombreux sorts uniques qui servent à diverses fins. Cependant, très peu d’entre eux sont des sorts Hadō de nature offensive.

retsu unohana 4

MUGAIHARA

Un pouvoir unique à Unohana lui permet de transformer sa pression spirituelle en un champ où « aucun mal ne peut être fait ». Cela signifie qu’à l’intérieur de ce Kidō, rien ne peut causer de mal. Aucun adversaire ne peut infliger de blessure à un autre, car toutes les tentatives d’attaque sont annulées et rendues inefficaces. En raison de sa capacité à nier absolument le mal, ce sort est surnommé « Kidō du cessez-le-feu ». Cependant, pour l’utiliser, Unohana doit entrer dans un état de méditation similaire à celui du Jinzen. Si sa concentration est perturbée, le sort se désactive de lui-même, mais cela est extrêmement rare, car tuer Unohana serait une impossibilité paradoxale dans la zone d’effet du Mugaihara.

MAÎTRE SPÉCIALISTE DE L’ART DU SABRE

Bien qu’elle n’ait jamais été vue en combat, on sait qu’Unohana excelle dans l’art du combat à l’épée, en particulier dans le style de kendō. Elle est plus que capable de rivaliser avec Sōsuke Aizen sur un terrain plat. On dit qu’elle maîtrise toutes les écoles de sabre et connaît tous les types de sabres. C’est pourquoi elle était autrefois connue sous le nom de « Yachiru », ce qui signifie « celui qui a inventé l’art de tuer ».

ZANPAKUTŌ

Le terme « Minazuki » est également utilisé pour désigner l’esprit manifesté qui apparaît dans l’arc des Contes inconnus des Zanpakutō. Veuillez vous référer à Minazuki (esprit) pour plus d’informations à ce sujet.

MINAZUKI

Dans sa forme scellée, le Minazuki est légèrement plus long qu’un katana ordinaire et ressemble à un nodachi. Sa garde est de forme ovale et sa poignée est rouge. Au lieu de le porter à sa ceinture, Unohana attache son Zanpakutō à son épaule avec une corde ou le laisse Isane le porter pour elle.

La commande de libération du Minazuki est actuellement inconnue. Unohana, ayant atteint le stade de Bankai avec son Zanpakutō, peut libérer la forme Shikai du Minazuki sans avoir besoin d’un ordre spécifique. Cependant, elle utilise très rarement la forme Shikai de son arme. Une fois libéré, le Minazuki subit une transformation, passant d’une substance gazeuse verte à une forme solide, prenant l’apparence d’une créature géante, verte, ressemblant à une raie manta avec un œil, capable de voler, ce qui en fait un moyen de transport. Il est suffisamment grand pour transporter plusieurs personnes sur son dos (au moins une douzaine, en fonction de sa taille par rapport aux passagers). Il semble obéir à des ordres verbaux et, lorsqu’il atterrit, il peut créer une paire de pattes semblables à celles d’un oiseau. Une fois sa mission accomplie, il redevient du gaz vert avant de reprendre sa forme d’épée.

La capacité principale du Minazuki est la guérison. Lorsque des blessés sont placés dans la bouche du Minazuki, ils sont avalés et stockés dans son estomac. Les acides de l’estomac du Minazuki agissent comme de puissants médicaments et pommades qui se diffusent progressivement sur les blessés, guérissant ainsi leurs blessures. Il a été démontré qu’il peut transporter au moins cinq personnes dans son estomac. Lorsque Unohana donne l’ordre, le Minazuki régurgite les personnes qui sortent de sa bouche. Le Minazuki est un Zanpakutō qui peut influencer le corps en utilisant des techniques médicinales uniques, telles que le ciblage des méridiens ou l’utilisation d’herbes et de pommades, afin de guérir efficacement toutes sortes de maladies.

Les véritables capacités de ce Zanpakutō dépassent largement toutes les capacités de guérison qu’Unohana ou son ancien mentor, Tenjirō Kirinji, pourraient réaliser. Ce pouvoir n’est utilisé que dans des circonstances où Unohana juge impossible ou peu pratique de guérir spécifiquement les victimes. Pour cette raison, et aussi parce qu’elle ne souhaite pas que des ennemis apprennent les mécanismes spéciaux de guérison du Minazuki, le pouvoir de son Shikai est réservé aux situations de crise uniquement.

MINAZUKI (Bankai)

Lorsqu’elle active son Bankai, la lame d’Unohana commence à suinter un sang épais qui l’entoure et englobe tout l’espace environnant. Bien que cela ne soit pas confirmé, on suppose que ce sang provient de chaque personne tuée par le Zanpakutō d’Unohana. Dans le Bankai, la lame physique d’Unohana est remplacée par un flot de sang qui jaillit, formant un mince cordon à partir de la base de la garde. Composé de fer et de carbone, ce sang permet à Minazuki de former une lame improvisée qui peut être utilisée dans le combat au sabre. Cependant, cette lame conserve les effets du Bankai, ce qui signifie que quiconque est touché par le sang de la lame succombe également au pouvoir de Minazuki. C’est une arme redoutable qui peut causer des blessures mortelles et dévastatrices.

Le Bankai de Minazuki représente la manifestation ultime du pouvoir de guérison d’Unohana. Non seulement elle peut guérir les blessures de manière efficace, mais elle peut également infliger des blessures mortelles à ses ennemis. C’est une forme de combat redoutable qui exploite les capacités de guérison pour infliger des dommages dévastateurs.

Il convient de noter que l’activation du Bankai de Minazuki est extrêmement rare, et Unohana ne l’utilise qu’en cas de nécessité absolue. Elle préfère se concentrer sur son rôle de guérisseuse et n’utilise son Bankai que lorsque la situation l’exige et que toutes les autres options ont été épuisées.

En résumé, Minazuki est un Zanpakutō exceptionnel qui incarne le pouvoir de guérison d’Unohana. Sous sa forme Shikai, il peut guérir efficacement les blessures et manipuler des techniques médicinales uniques. Sous sa forme Bankai, il devient une arme redoutable qui utilise le sang pour infliger des blessures mortelles. C’est un symbole de la dualité de la nature d’Unohana en tant que guérisseuse et combattante redoutable.

LES EFFETS PSYCHOLOGIQUES DU MINAZUKI

Réellement empreint d’une élégance sans pareille, Minazuki prend tout d’abord l’apparence d’une créature bienveillante et désintéressée, cherchant uniquement à soulager les maux et les blessures qui affligent les malheureuses victimes devant lui. Il arrive et s’en va, apaisant la douleur de tous ceux qui implorent pitié, sans chercher vengeance. Cette créature impitoyable allège leur souffrance. Mais en réalité, tout cela n’est qu’une folie, un méprisable mensonge qui se moque des notions pacifiques de la vie et de la compassion. Car lorsque son Bankai est libéré, toute cette souffrance est déversée sur le monde. Minazuki ne ressent aucun remords pour un tel exploit, n’éprouvant qu’un plaisir personnel à contempler l’atroce douleur dont elle prétendait généreusement libérer le monde… Cela empoisonne une fois de plus l’ordre naturel de la vie elle-même de la manière la plus vile et détestable.

La puissance du Bankai de Minazuki est en réalité l’opposé extrême de son Shikai. Alors que le Shikai guérit toutes sortes de blessures, le Bankai rouvre toutes les blessures, tant physiques que mentales, de quiconque entre en contact direct avec le sang de Minazuki. En substance, Unohana explique que si son Shikai fait apparaître la forme physique de Minazuki, le Bankai révèle Minazuki à l’envers, d’où le flot de sang qui jaillit lors de sa libération. Le nom du Bankai, traduit par « Tout est épuisé », fait référence à ce pouvoir, car toute forme de guérison, que ce soit par la main d’Unohana, d’un autre guérisseur ou par les actions involontaires du corps de la victime, est totalement rejetée, et toute cette douleur est immédiatement infligée à la personne concernée.

Ce faisant, il en résulterait presque certainement la mort instantanée de la victime, car quel que soit l’entraînement qu’elle ait reçu ou la résistance et la durabilité de son corps, aucune préparation ne pourrait permettre d’anticiper une telle douleur en une seule fois ; ainsi, le Bankai de Minazuki peut être classé sans préjudice comme un meurtre instantané. Ce pouvoir est particulièrement dangereux pour des êtres tels que Menos Grande, qui sont fabriqués à partir de milliers de creux, chacun d’entre eux ayant subi un certain degré de blessure au cours de sa vie. De plus, tout comme le Minazuki peut créer une lame de fortune à partir de ce sang, Unohana peut faire en sorte que le sang formé lors de la libération du Bankai du Minazuki prenne également des propriétés similaires, rendant chaque goutte de sang aussi tranchante qu’une lame. Il semble qu’en plus de rouvrir ses propres blessures, le Minazuki soit également capable de libérer les blessures qu’il a absorbées des victimes dans son état de Shikai au gré d’Unohana.

Dans un face-à-face avec Sōsuke Aizen, Unohana a déclaré qu’elle lui ferait revivre chaque once de douleur qu’il a causée à d’autres, comme Tōshirō Hitsugaya et Momo Hinamori, qui ont été guéris par le Shikai de Minazuki quelque temps auparavant ; une affirmation qui, sans l’intervention opportune de Shunsui Kyōraku, aurait très certainement été prouvée. Si le Zanpakutō d’une cible de Shinigami entre également en contact direct, l’esprit qui l’habite sentira aussi les blessures de son passé se rouvrir d’un seul coup, ce qui fait que la lame s’effritera en poussière, laissant son maître sans défense. Unohana est capable de contrôler le degré de réouverture des blessures chez une victime qui entre en contact avec le sang, tel était le cas de Kenpachi Zaraki, qui n’a subi qu’une détresse psychologique mineure afin de réveiller ses instincts primaires et de le ramener à son état antérieur. Cependant, il a été confirmé à plusieurs reprises que les blessures mentales infligées à Zaraki à pleine puissance auraient suffi à elles seules à soumettre le puissant capitaine, et encore moins les blessures physiques qui auraient pu lui être infligées.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *