Soifon, parfois romanisée sous le nom de Soi Fon, occupe le poste de commandant en chef du Onmitsukidō et est le capitaine de la 2e division du Gotei 13.

Son lieutenant au sein de cette unité est Marechiyo Ōmaeda. Après avoir été promue à la Garde royale, elle a pris en charge un étudiant nommé Kyoto Yamaharu et l’a formé pour atteindre le même niveau, voire même surpasser, celui de Soifon.

soi fon sui feng bleach 1

Apparence

Suì-Fēng est une femme de petite taille, avec une apparence relativement courte, des yeux gris et des cheveux noirs. Ses cheveux sont courts et elle les attache en deux longues tresses avec des liens en tissu blanc, chacune ornée d’un grand anneau doré. Il y a 110 ans, les cheveux de Suì-Fēng étaient plus longs, atteignant les épaules, et avaient une apparence plus douce.

Elle porte l’uniforme traditionnel d’un capitaine de Shinigami, comprenant un haori sans manches et un obi jaune noué autour de la taille. Sous son uniforme standard de capitaine Shinigami, Suì-Fēng revêt l’uniforme du commandant en chef du Onmitsukidō, qui n’a pas de manches et ne couvre pas le dos, mais elle porte de longs brassards noirs. Au lieu de porter les sandales Shinigami habituelles avec des tabi, elle préfère des chaussures chinoises traditionnelles avec des chaussettes blanches ordinaires.

Personnalité

Suì-Fēng est une personne loyale, déterminée et inflexible dans ses convictions. Elle est une travailleuse acharnée et défend fermement une position morale, mettant particulièrement l’accent sur l’obéissance aux ordres. Elle est généralement réservée et n’a pas l’arrogance de son lieutenant, bien qu’elle n’hésite pas à se moquer de ses adversaires ou à sourire lors des combats, un trait qu’elle partage avec son prédécesseur. Elle n’hésitera pas à éliminer ses subordonnés s’ils se mettent en travers de son chemin. Elle préfère ignorer ses subordonnés, y compris son lieutenant Ōmaeda, car elle croit que les épreuves personnelles forgent le caractère. Suì-Fēng, comme la plupart des femmes Shinigami, est membre de l’Association des femmes Shinigami.

Suì-Fēng aime le poisson mais n’apprécie pas la viande. Elle semble également être assez obsédée par Yoruichi et passe souvent son temps libre à rêver de leurs jours où ils combattaient ensemble et pratiquaient le Shunpō. Dans un épisode spécial de la Saint-Valentin, elle a même essayé d’offrir à Yoruichi une boîte de chocolats en forme de cœur, mais sans succès. Elle aime tout ce qui rappelle un chat noir, qui est la forme alternative de Yoruichi, et possède une grande collection de produits dérivés en forme de chat noir. Dans l’un des chapitres de la Shinigami Golden Cup, Suì-Fēng reçoit une peluche en forme de chat noir de Matsumoto, qui vient de rentrer d’une mission dans le monde réel. Depuis le retour de Yoruichi, on sait également qu’elle collectionne des accessoires pour chats et a fait installer un chauffage au sol dans les quartiers de la 2e division (les frais ont été couverts par son lieutenant). Suì-Fēng semble parfois affectionner les photos de Yoruichi. Plus tard, dans le cadre d’un projet de collecte de photos de l’Association des femmes Shinigami, elle tente de prendre des photos de Yoruichi nue lorsqu’elle est distraite, mais échoue lamentablement. Lorsque l’Association des femmes Shinigami est chargée de concevoir un nouveau téléphone portable pour les femmes Shinigami, elle propose un design représentant une tête de chat noir avec un corps d’abeille (le chat représentant Yoruichi et l’abeille représentant elle-même), avec une ligne privée qui lui permettrait de parler à Yoruichi autant qu’elle le souhaite. Sa demande a été rejetée. Lorsque Yamamoto ordonne aux capitaines du Gotei 13 de concevoir un jeu vidéo Shinigami, Suì-Fēng propose un jeu mettant en vedette Yoruichi et elle-même. Son lieutenant, Ōmaeda, lui dit clairement qu’elle serait la seule personne à y jouer.

Suì-Fēng est une personne d’une détermination incroyable, prête à tout mettre en œuvre pour mener à bien une mission et vaincre ses ennemis. Un exemple frappant en est donné lors de son combat contre la Segunda Espada, où, après avoir été touchée par une attaque, elle ordonne sans hésitation à son lieutenant de lui amputer le bras. Sur le champ de bataille, Suì-Fēng est rarement submergée par le désespoir ou les émotions, sauf lorsqu’il s’agit de son ancien maître. Malgré son attitude froide et son traitement constant envers son lieutenant, elle lui accorde une certaine confiance, lui demandant de servir de diversion pendant qu’elle met en place ses plans. Son obstination est telle qu’elle semble toujours nourrir une certaine aversion envers Kisuke Urahara, peut-être parce que Yoruichi la taquinait à son sujet, parce qu’elle désapprouvait son comportement paresseux et indiscipliné, ou peut-être parce qu’elle lui reproche encore l’abandon de son mentor il y a plus d’un siècle. Cela se manifeste lorsqu’elle demande à Hachigen Ushōda de piéger le propriétaire du magasin dans une barrière pendant un mois en échange de pouvoir utiliser son Bankai une deuxième fois dans la même journée.

soi fon sui feng bleach

Pouvoirs et capacités

Maître Hakuda

En tant que responsable du Onmitsukidō, Suì-Fēng doit faire preuve d’une compétence exceptionnelle en combat rapproché, un domaine dans lequel elle s’est entraînée depuis qu’elle a rejoint cette organisation. Il est très probable qu’elle soit la combattante au corps à corps la plus habile de toute la Soul Society, capable de rivaliser voire de surpasser son mentor, Yoruichi Shihōin. Elle est capable de bloquer et d’attaquer avec une grande maîtrise, rendant difficile pour quiconque de la toucher sans son consentement.


Grande puissance spirituelle

En qualité de capitaine de la 2e division, Suì-Fēng dégage une immense quantité d’énergie spirituelle.


Maître Assassin

En tant que commandant en chef du Onmitsukidō, Suì-Fēng est l’une des plus grandes maîtres dans l’art de l’assassinat. Sa capacité à rester dissimulée est largement reconnue. Grâce à sa maîtrise du Shunpo, elle peut neutraliser ses adversaires sans être détectée, comme lorsqu’elle a attrapé les flèches d’un de ses ennemis en plein combat. Elle a également utilisé cette compétence pour se faufiler près d’Aizen et le capturer temporairement avant qu’il ne s’échappe vers Hueco Mundo. Depuis son enfance, elle a étudié toutes les disciplines liées à la force de punition, y compris l’usage des poisons. Au fil des années, elle a développé une résistance à presque tous les poisons existants.


Une force renforcée

Malgré sa petite taille, Suì-Fēng est suffisamment puissante pour faire face à des adversaires bien plus imposants. Elle surpasse facilement des ennemis qui sont quatre fois plus grands qu’elle. Elle a démontré sa capacité à soulever d’énormes plaques de débris de béton sous lesquelles elle était ensevelie avec une facilité déconcertante, nécessitant peu voire aucun effort.


Durabilité accrue

Suì-Fēng possède une résistance exceptionnelle, capable de supporter des coups puissants qui font voler des bâtiments en éclats, traversant les murs et faisant s’effondrer des sections entières sur elle, sans subir de blessures apparentes. Elle a même survécu après avoir eu le bras gauche tranché, restant pleinement active pour poursuivre le combat.


Maître Shunpo

En tant que responsable du Onmitsukidō, Suì-Fēng doit posséder de remarquables compétences en matière de Shunpo. On a pu constater qu’elle suit de près son mentor Yoruichi Shihōin, étant capable de la toucher une fois avec le Nigeki Kessatsu, mais sans pouvoir réitérer l’exploit, car Yoruichi était encore plus rapide. Elle utilise activement sa maîtrise des techniques de Shunpo et est extrêmement douée pour l’évasion tant à courte qu’à longue distance. Ainsi, il est pratiquement impossible de l’atteindre à moins d’être le combattant le plus avancé. Ses mouvements sont d’une telle rapidité que très peu de personnes seraient en mesure de percevoir une attaque en train de se produire. Suzemebachi a même remarqué que son Shunpo est le plus rapide de toute la Soul Society, à l’exception de Yoruichi.

soi fon sui feng bleach 2

Clones

Suì-Fēng est capable de créer simultanément au moins 15 clones d’elle-même en utilisant le Shunpo, fonctionnant de manière similaire au Gemelos Sonído de Zommari Rureaux. Bien que ces clones soient indiscernables de son véritable corps et imitent ses mouvements, ils semblent ne pas durer longtemps.

Utsusemi (空蝉 ; Cigale) : C’est la troisième technique secrète de l’Onmitsukidō. Elle permet des déplacements d’une vitesse considérable et soudains, laissant derrière elle au moins une image tangible.


Maître spécialiste de l’art du sabre

Suì-Fēng est une maîtresse de l’art du sabre et ne dégaine généralement son Zanpakutō que lorsqu’elle fait face à un adversaire armé. Ce qui la distingue, c’est son style de combat unique, différent des styles traditionnels. Elle tient sa lame horizontalement, le long de son bras, dans une prise inversée, utilisant la lame comme un grand poignard pointé vers l’arrière, en direction du bas de sa main. Tous ses coups sont donnés en balayant le bras vers l’avant, comme un coup de poing, tout en éloignant rapidement la lame du bras pour former un large arc. Elle est également extrêmement douée pour bloquer les attaques de cette manière. Elle excelle également dans le style de combat traditionnel, maîtrisant deux variantes du combat au sabre avec brio.

Maître stratège et tacticien

En tant que commandante du Corps secret mobile et capitaine de la 2e division, Suì-Fēng a démontré ses compétences de leader à maintes reprises. Tout au long de la série, elle s’est révélée perspicace et astucieuse, capable de saisir rapidement toute situation qui se présente et de s’y adapter de manière efficace. Suì-Fēng possède une capacité innée à prendre des décisions éclairées lors des combats. Les tactiques qu’elle déploie reposent sur le subterfuge et la confusion. Elle sait comment donner à ses adversaires un faux sentiment de sécurité et les faire sous-estimer ses capacités. L’une de ses stratégies courantes est d’évaluer les forces et les faiblesses de son adversaire en plein combat.


Kidō Expert

En tant que capitaine de la 2e division et commandant en chef de la Onmitsukidō, Suì-Fēng possède une connaissance approfondie de l’art du Kidō, bien qu’elle privilégie l’utilisation des techniques de shunpo et de combat rapproché. Sa maîtrise lui permet de les combiner habilement avec d’autres techniques de combat au corps à corps.


Shunkō (瞬閧, Flash Cry ; Viz « Instant War Cry »)

Suì-Fēng utilise une technique avancée qui combine le combat au corps à corps et le Kidō. Elle enveloppe son dos et ses bras d’une pression de Kidō, formant ainsi une protection puissante. L’uniforme qu’elle porte, appelé keisen, est conçu sans dos ni manches, car ils se déchirent lorsque la technique est activée. Cette technique lui permet de neutraliser instantanément les mouvements de ses adversaires. La version de cette technique utilisée par Suì-Fēng est nouvelle pour elle et n’est pas encore complète, rendant l’utilisation du Kidō compressé invisible. Elle a un contrôle suffisant pour libérer l’énergie du Kidō sous forme d’un souffle dirigé, capable de causer d’importants dégâts à la zone environnante. Au fur et à mesure, elle maîtrise davantage cette technique, l’utilisant pour bloquer et dissiper une explosion lumineuse dévastatrice, ainsi que pour parer et repousser une attaque à la lame à mains nues, créant une barrière protectrice grâce à l’énergie de la technique, malgré la puissance de l’attaquant. Elle a également démontré sa capacité à concentrer l’énergie du Kidō sous pression sur des zones spécifiques de son corps, rendant la protection extrêmement ciblée et efficace.


Zanpakutō


Suzumebachi, également connu sous le nom de Hornet, est le Zanpakutō de Suì-Fēng. Sous sa forme scellée, il prend l’apparence d’un wakizashi avec une poignée jaune qui rappelle un dao chinois. Il est généralement maintenu horizontalement derrière le bas du dos de Suì-Fēng, fixé à l’aide d’une corde.


Shikai

Lorsqu’elle prononce le commandement « Piquer tous les ennemis à mort » (尽敵螫殺, Jinteki Shakusetsu), Suì-Fēng déclenche le pouvoir de son Zanpakutō, Suzumebachi. En saisissant Suzumebachi de sa main droite, l’épée entière brille d’une lumière blanche et se rétrécit. Une fois que la lueur s’est dissipée, Suzumebachi révèle sa forme transformée : un gantelet noir et or relié à une lame en forme de dard qui se trouve sur le majeur de Suì-Fēng grâce à une petite chaîne. Ce « dard » est environ deux fois plus long que la longueur normale des doigts de Suì-Fēng, ce qui lui confère une portée légèrement accrue. Les couleurs et les motifs du Shikai rappellent ceux d’un frelon, en accord avec le nom de son Zanpakutō. Sous cette forme, Suzumebachi est capable de parer les attaques au sabre de ses adversaires, car Suì-Fēng peut bloquer les assauts entrants à l’aide du « dard » et du gantelet.



Capacité spéciale de Shikai


La technique Nigeki Kessatsu (弐撃決殺, Mort en deux étapes) de Suì-Fēng fonctionne de la manière suivante : tout d’abord, elle poignarde son ennemi avec la lame de Suzumebachi. Cette attaque, en plus de causer une blessure profonde, laisse également une marque en forme de papillon sur le corps de la victime. Cette marque, appelée Hōmonka (蜂紋華, Crête du frelon ; « Fleur de crête d’abeille » en anglais), s’étend à partir du centre de la blessure. Elle devient ensuite la cible de la deuxième attaque de Suì-Fēng. Si elle réussit à frapper au même endroit que la première fois, la personne est inévitablement condamnée à mourir, illustrant ainsi la « Mort en deux étapes ». Lorsque la capacité entre en action, une crête plus grande se déploie rapidement à partir des deux plus petites, détruisant entièrement le corps de la victime. Ces crêtes sont maintenues par la volonté de Suì-Fēng et ne peuvent être enlevées que si elle le souhaite. À l’époque où Yoruichi était encore à la tête du Onmitsukidō, Suì-Fēng ne pouvait maintenir les crêtes que pendant une demi-heure. La mécanique de cette capacité réside non pas dans le point d’entrée de la blessure, mais dans le point de contact réel avec la surface. Cette capacité est rendue possible par un venin sécrété par Suzumebachi. Une fois qu’il pénètre dans le corps de la cible, le venin se répand rapidement, détruisant tout le corps en quelques minutes, voire secondes, sans laisser de trace. L’effet du poison met un peu plus de temps à agir sur ceux qui ont un pouvoir spirituel plus élevé.


Contre-poison :

Suì-Fēng a la capacité d’utiliser le venin sécrété par Suzumebachi pour le Nigeki Kessatsu comme un antidote en se poignardant elle-même.


Bankai : Jakuhō Raikōben (雀蜂雷公鞭, Hornet Thunder Whip)

Suì-Fēng revêt l’apparence d’une base de lancement de missiles recouverte d’une armure dorée qui enveloppe son bras droit et s’étend jusqu’au-dessus de son épaule, formant un bouclier facial qui couvre le côté droit de son visage. Son Bankai se présente sous la forme d’un grand cylindre pointu en or, orné de marques noires deux fois plus grandes que la taille de Suì-Fēng elle-même. Avant d’activer son Bankai, Suì-Fēng a attaché une ceinture en métal lourd (Ginjōhan) autour du bâtiment sur lequel elle se tenait, se préparant ainsi au recul massif de l’attaque et à l’explosion puissante qui s’ensuit. Elle utilise son Bankai si rarement que la plupart des membres de la Soul Society ne l’ont jamais vu, y compris son propre lieutenant. Suì-Fēng explique qu’elle préfère éviter d’utiliser son Bankai, car cela va à l’encontre de sa fierté en tant qu’agent des opérations secrètes. Selon elle, il est trop imposant pour rester caché, trop lourd pour être déplacé et son attaque est trop voyante pour être utilisée dans des missions d’assassinat.


Capacité spéciale Bankai

Jakuhō Raikōben, en tant qu’arme à distance de type artillerie, possède la capacité de lancer le missile attaché à sa base. Pour ce faire, Suì-Fēng doit d’abord soulever l’immense missile et l’ajuster en utilisant les fentes de son protège-visage pour garder sa visibilité. Une fois la cible verrouillée, de petites ailettes se déploient le long du missile avant qu’il ne soit lancé, lui permettant de suivre sa trajectoire pour une frappe précise. Après l’impact, le missile provoque une explosion massive et puissante. L’onde de choc qui en résulte est si intense qu’elle propulse Suì-Fēng et son lieutenant en arrière, et elle est assez puissante pour déchirer la ceinture d’acier à laquelle ils étaient attachés, même s’ils se trouvent à une distance considérable de l’explosion. Suì-Fēng peut tirer plusieurs missiles de même puissance. Cependant, cette attaque a une limite normale, ne lui permettant pas de lancer plus d’un missile tous les trois jours, ce qui la soumet à une pression considérable.


Relations

La relation entre Suì-Fēng et Yoruichi est l’une des plus dynamiques parmi les Shinigami. Dès qu’elle a posé les yeux sur Yoruichi dans sa jeunesse, Suì-Fēng l’a comparée au regard d’une déesse. Elle admirait la force, la beauté et la noblesse de Yoruichi au point que son admiration est devenue une véritable adoration. Suì-Fēng a gravi les échelons et Yoruichi lui a personnellement demandé de devenir l’une de ses gardes du corps. Être aux côtés de Yoruichi rendait Suì-Fēng heureuse. Cependant, un jour, Yoruichi est partie sans prévenir. Ce geste a dévasté Suì-Fēng, qui s’est sentie trahie. Depuis lors, Suì-Fēng s’est entraînée intensément pour devenir plus forte, dans l’espoir de pouvoir affronter Yoruichi elle-même. Lorsque Yoruichi est finalement revenue à la Soul Society, Suì-Fēng l’a combattue pour prouver sa supériorité. Cependant, Yoruichi s’est révélée plus puissante. En voyant cela, Suì-Fēng a éclaté en larmes, se demandant pourquoi Yoruichi ne l’avait pas prise en compte de la même manière. Après leur combat, elles se réconcilient et restaurent leur relation. Dans certains récits additionnels, la relation entre Suì-Fēng et Yoruichi est dépeinte comme puérile et légèrement obsessionnelle.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *